Comment choisir une nounou à domicile

Mettre un nourrisson entre les mains d’une autre personne est un moment difficile pour toute maman. L’éloignement peut engendrer de la culpabilité, de l’anxiété et la crainte que le bébé vous manque. Que ce soit pour aller travailler ou parce que vous avez besoin de vous éloigner de l’attention constante que requiert un nouveau-né, n’oubliez pas qu’une absence prolongée est bonne pour vous et pour le bébé.

Préparez-vous à le laisser entre d’autres mains.
Si vous vivez en symbiose avec votre bébé depuis deux mois, le laisser toute la matinée avec la baby-sitter pourrait être une étape trop longue. Vous devez habituer votre bébé à la baby-sitter et vous devez vous y habituer aussi ! Commencez donc à faire du baby-sitting pendant quelques heures pendant que vous êtes dans la maison.

Pendant que la baby-sitter s’occupe du bébé, vous pouvez vous reposer ou faire toutes ces petites choses que vous n’avez pas le temps de faire avec un bébé dans la maison. Résistez à la tentation de courir là-bas chaque fois que vous l’entendez pleurer et laissez la baby-sitter le calmer.

Quand est-il trop tôt pour laisser le bébé à la baby-sitter ? Si vous allaitez, attendez que l’allaitement soit bien entamé (il dure au moins 6 semaines) avant de laisser le bébé au moment de la tétée. Prendre son lait au biberon peut l’embrouiller, car la succion est différente.

Comment doit être une bonne baby sitter ?


L’essentiel pour se sentir à l’aise lorsque vous laissez votre bébé, c’est de savoir que vous le laissez avec la bonne personne, quelqu’un qui sera bon et sûr. Mais comment savoir qui est la bonne personne ?

  • Avec l’expérience

    Tout d’abord, l’expérience. Choisissez une baby-sitter qui s’est déjà occupée d’un nouveau-né, car avec les bébés, l’expérience est plus importante que la formation. Vous pouvez apprendre à changer une couche et à donner un bain à un bébé, mais seule l’expérience peut vous aider à reconnaître la raison d’un cri désespéré ou à prévenir des dangers potentiels.
  • Pas trop jeune

    L’âge de la baby-sitter est également important : une personne plus mûre est préférable. Une jeune baby-sitter est préférable pour les enfants à partir de deux ans, lorsqu’ils ont besoin d’enthousiasme et d’énergie pour jouer toute la journée.
  • Préparé sur la sécurité

    Quel que soit l’âge ou l’expérience, il est important que la baby-sitter ait suivi un cours de premiers secours pédiatriques (ici les informations sur les cours organisés par la Croix-Rouge). Même si la baby-sitter est une maman, elle peut ne pas être familiarisée avec les manœuvres du bébé.
  • Bon observateur et souci du détail

    Une observation attentive et la capacité à remarquer les détails sont importantes lorsqu’on a affaire à un nourrisson. Les besoins des nouveau-nés doivent être interprétés à travers de petites choses : un regard peut signifier le sommeil, le ton des pleurs indique la peur, une petite main qui revient souvent toucher l’oreille signifie la douleur.
  • Scrupuleux dans la communication

    La communication entre les parents et les baby-sitters est importante quel que soit l’âge de l’enfant, mais elle l’est encore plus dans le cas des nouveau-nés. Savoir si votre enfant a manqué sa sieste ou s’il a pris moins de lait que d’habitude est une information précieuse pour interpréter son comportement après le départ de la baby-sitter. Si la baby-sitter emmène votre enfant chez le pédiatre, assurez-vous que vous disposez d’un canal de communication direct avec votre médecin, même si elle est douée pour la communication. Demandez au médecin, par exemple, de noter dans un carnet les instructions relatives aux médicaments et toutes les choses les plus importantes. Dans ces cas, il est préférable d’avoir des informations de première main.
  • Capable de jouer

    La vie de 0 à 12 mois n’est pas que bouillie, couche et sieste. Au cours des premiers mois de la vie, le jeu est fondamental pour le développement de l’enfant et toute nouvelle compétence doit être encouragée et stimulée par le jeu. Le baby-sitter doit offrir au bébé les bons stimuli par le biais des bons jeux pour bébés.
  • Bonne planification et bonne organisation

    Une bonne baby-sitter doit être bien organisée et capable de planifier son temps de travail. La journée d’un petit enfant doit être la même chaque jour et être un mélange harmonieux de nourriture, de marche, de jeu, de bain, de siestes qui se répètent aux mêmes heures.
  • Intéressé à rester

    Il est inutile de trouver la baby-sitter parfaite si au bout d’un mois elle vous quitte parce qu’elle a trouvé le travail qu’elle cherchait vraiment. Changer de baby-sitter est déstabilisant pour tous les enfants, mais pour les plus petits, c’est plus déstabilisant et l’insertion d’une nouvelle baby-sitter est plus longue avec les enfants de moins d’un an.
  • Non-fumeur

    Il est préférable que la baby-sitter ne fume pas, surtout quand il s’agit de bébés. En effet, les bébés sont particulièrement sensibles aux odeurs et passent beaucoup de temps dans les bras de la baby-sitter, au contact de ses vêtements et de sa peau, où ils peuvent inhaler ce que l’on appelle la « fumée de troisième main ». Il s’agit de résidus toxiques que les cigarettes éteintes libèrent dans l’environnement et qui se déposent sur les vêtements et la peau, les meubles, les tissus d’ameublement et les objets de la maison.